Salomé Garraud – Juin 2023

Site web du nommé

Chaque mois, Coze invite un artiste local à réaliser la couverture du magazine. Dans le cadre des Hopl’Awards, le public est amené à voter pour sa couv’ favorite.

La couverture du numéro de juin 2023 a été réalisée par Salomée Garraud.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Salomé Garraud. Je viens de la banlieue parisienne, de Cergy, j’y ai grandi. C’est à la fin du lycée que je me suis lancée dans des études artistiques. Après un bac ES, j’ai fait une mise à niveau en arts appliqués avant de rejoindre l’École Estienne pour un BTS en design graphique. J’ai toujours été attirée par le dessin et l’illustration, mais je ne me suis pas tout de suite lancée, ça me faisait un peu peur. Il m’a fallu un peu de temps et de maturité pour me dire que c’était vraiment ce que je voulais faire et y aller ! Après l’École Estienne, j’avais plutôt une formation de graphiste, mais ce n’est pas ce qui me plait le plus. Je suis arrivée à Strasbourg un peu par hasard, je ne connaissais ni la ville, ni personne et je suis arrivée en 2018 pour rejoindre la Haute École des Arts du Rhin en didactique visuelle. Je pensais faire mes 3 ans d’école puis rentrer à Paris, et finalement je suis toujours là !

Strasbourg est assez agréable, c’est une super ville pour le domaine de l’illustration. On a un accompagnement avec Central Vapeur, un réseau et puis les copains, c’est très important, car c’est un métier très solitaire.

J’aime aussi beaucoup le milieu de la bande dessinée à Strasbourg qui est très riche. Je ne sais pas trop d’où ça me vient, ce goût pour les images, car je n’ai pas vraiment lu de BD quand j’étais petite. Mon père écoutait beaucoup de musique et je crois que j’ai été assez marquée par certaines pochettes d’albums illustrées avec des images pas vraiment réalistes mais dans lesquelles on sent qu’il se passe quelque chose.

À la HEAR, j’ai pu m’essayer à beaucoup de choses. L’école laisse une grande liberté tant dans les sujets que dans les médiums. J’ai pu développer mon travail d’illustration, tester différentes choses, travailler avec d’autres corps de métier, mettre des images au service d’un propos. Après mon diplôme en 2021, j’ai eu la chance de rejoindre l’atelier du Bain aux Plantes, j’y suis toujours aujourd’hui. C’est un atelier assez particulier, c’est un espace de travail avant tout, mais rien n’est fixe. Aucun espace n’est attribué à personne, on organise aussi des événements et des expositions, ça en fait quelque chose de très stimulant dans une dynamique collective. Ça a été très précieux pour moi après l’école.

Peux-tu nous parler de ton univers ?

La façon dont je dessine aujourd’hui, je l’ai surtout développé durant ma 5e année à la HEAR. Je dessine au crayon. J’aime bien aussi dessiner numériquement mais je préfère faire avec mes mains. Je préfère aussi les techniques sèches à la peinture. J’aime bien travailler la matière, créer des effets de superpositions, jouer sur les accidents, un coup de gomme peut devenir quelque chose d’intéressant par exemple.

Au début je construisais des images à partir de souvenirs ou de sensations. C’était plus simple de traduire ça en dessin qu’en mots. J’aimerais développer un côté plus narratif avec de l’écrit par exemple. Pour le moment les images que je réalise n’accompagnent pas de texte, elles racontent quelque chose en elle-même. Elles viennent de sensations mais chacun peut y voir ce qu’il veut ! Je n’aime pas trop écrire mais j’aime beaucoup lire ! Mes lectures et la poésie m’inspirent beaucoup, ça se retrouve sans doute un peu dans mon travail. Je travaille beaucoup la couleur bleue, j’apprécie particulièrement les nuances de cette couleur et les dégradés du bleu au vert. Le rose associé au jaune aussi, je trouve que ça marche bien !

Concernant ma manière de travailler, je prends du temps pour construire une image. Je réfléchis pendant plusieurs jours, un peu comme une tâche de fond. Une fois que j’ai tous les éléments que je veux en tête, je passe au croquis. Je fais un brouillon au crayon, je place les éléments et ensuite je place ma feuille définitive et je dessine directement aux crayons !

Même si je fais beaucoup de crayon, j’aime bien aussi parfois changer de technique. Ça apporte comme une respiration. On fait autre chose, d’une autre manière et ça permet de repartir ensuite, de ne pas se lasser. Depuis septembre je me forme à la gravure à l’atelier Imago à Koenigshoffen. Je fais notamment de l’eau forte et de l’aquatinte.

Questions du tac au tac
1 – Ton endroit culturel alsacien préféré ?
 La librairie Quai des brumes
2- Où faire une balade ? Le long de la Bruche
3 – Ta terrasse favorite où boire un verre ? La mandragore
4 – Ton livre du moment ? Je viens de finir Retour à Reims de Didier Eribon
5 – Ton plat alsacien préféré ? Je suis végétarienne alors le gratin au munster (sans lardon)



Contact

Association Becoze:4 rue de la Coopérative 67000 Strasbourg France Cérémonie officielle:Conservatoire 1 Pl. Dauphine 67076 Strasbourg Email:contact@hoplawards.fr
Becoze © Copyright 2023 - By  Symbioz